Les yeux de chat

Villebramar

« le chat rêve et ronronne dans la lutherie brune »
André Breton

La pièce est presque nue, des murs très blancs
deux fauteuils en rotin, une table basse,
un meuble bas également, des livres.
Sur la tranche de l’un, le mot : RÊVES
en lettres majuscules.

Elle m’attend sans rien dire, m’observe,
la tête légèrement penchée, comme ferait un chat.
J’aime ses yeux, parfois verts, parfois gris, et ce visage.

Nous parlons de tout et de rien ; puis je pose ma main.
Un silence.

Au fond de la pièce, une porte ; je l’ouvre.
Elle me suit, sans dire mot

Bientôt, elle sera nue.

Villebramar, 2018

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *