Dès la naissance

Robert Tirvaudey

Les poèmes des riens tout juste quelques cœurs
Dès la naissance
Dispersés dans le souffle du temps
Nos menteurs mots
Qu’est-ce qu’on écrit à passer sa jeunesse
Mais
Des yeux à pleins d’ardeurs
Place une marque sur la page
Lue devant l’auditoire frivole
La satisfaction grande possession et heureuse passion
Pour cette page comme une lune jour de grand vent

N’attendons-nous pas vainement

Robert Tirvaudey

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *