Parfum d’hiver

Laetitia Sioen

La froideur de ta peau
réchauffe mon coeur.

Mon rêve enfoui
dans mes chairs
s’écoule dans mon corps.

Les impossibles jours
de cris de larmes
coulent en silence.

Tes désirs sont
enroulés dans mes cheveux.

Les écorces de lune
nous éclairent.

Mes cils frétillent
tambour battant.

La nuit voluptueuse
nous enlace.

Laetitia Sioen, 2018

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Parfum d’hiver”

  1. William Valant

    dit :

    Une neige au souvenir d’amour. Ces vers sont beaux :

    « Tes désirs sont
    enroulés dans mes cheveux.
    Les écorces de lune
    nous éclairent. »

    C’est une légère rêverie Sensuelle voluptueuse. J’aime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.