Merci, mais sans moi

Patrice Cosnuau

Pour que la nostalgie ne soit plus douloureuse,
Mon désir erratique en désaxe les cibles ;
Je vous garde en mémoire, ô voeux inaccessibles
Qui font briller les yeux d’aveugles tubéreuses.

Mon royaume est criblé de dettes fabuleuses,
Ma couronne est futile et mon sceau peu crédible.
Mon coeur, sois libertaire et demeure infrangible
Quand la vie te délie des joies ensorceleuses !

Concurrence tueuse, ourlée de stratagèmes,
Cesseras-tu un jour tes pénibles baptêmes ?
Comme Orphée qui d’or fin surligna son regard,

Orphelin de lumière, exilé d’innocence,
Je vais en l’avenir, chercher réminiscence
De ce puissant sillon où, faible, je m’égare…

Patrice Cosnuau, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *