L’envers de la mitraille

Patrice Cosnuau

Nulle prétention d’ajouter au tumulte,
De grimper à cocagne en clamant ma présence,
D’assigner le désir à folle résidence,
Condamnant l’idéal à finir en volutes.

L’âme a-t-elle évité violence et insulte
– Des records de focale aux standards de l’outrance ?
Ne donnerai-je abri, sur leurs chemins d’errance,
Qu’à ceux-là dont le coeur n’entre jamais en lutte ?

Je rame en poésie mais la barque tient bon :
Vos radeaux d’utopie ont leurs mâts moribonds
Et leurs voiles noircies du long souffle des guerres…

Je ne suis pas d’ici ni d’ailleurs mais en moi,
En cette geôle exquise, optant, au moindre émoi,
Pour la fuite en jetant mes clés dans le désert.

Patrice Cosnuau, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *