Chanson

Villebramar

à A.
à celles qui, comme elle, ont porté seules, portent ou porteront un fils

Hommes hommes par centaines
un seul que j’ai aimé
longtemps, si longtemps aimé

hommes hommes par centaines
qui si peu ont importé
être dessous ou dessus
puisque tout cela se passe
puisque cela a passé

sous la terre, dessus six pieds
six pieds six pieds sous la terre
au dessus six pieds de terre

hommes hommes par centaines
la vie ma vie à porter
et mon enfant que je porte
tout au long de ces années
hommes hommes par centaines
aucun aucun à aimer
et mon fils lourd à porter

hommes hommes par centaines
l’âge venu continuer
prendre un homme je sais faire
prendre, mais pas le garder

peu importe

les jours passent
passera la peine un jour
un jour passera la peine
un jour l’amour a passé
hommes hommes par centaines
et mon amour oublié

mon fils mon fils là, qui reste
mon fils si lourd à porter
la vie, ma vie, ma vie même
la vie, ma vie à porter

Villebramar, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *