De l’enfant que j’étais, au vieillard devenu…

Sandrine Davin

Il était beau le temps
Où mes pommettes roses
S’érigeaient au vent.
Les genoux écorchés
Par les ronces
Au bord des sentiers oubliés,
Je m’en souviens encore.

Les feuilles mortes
Se sont envolées,
Ont tout emporté
Avec elles,
Souvenirs et passé.

De l’enfant que j’étais
Il ne me reste plus que
Des rides,
Des sourires,
Des cheveux blancs.
Au vieillard devenu,
J’ai oublié le temps…

Sandrine Davin

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “De l’enfant que j’étais, au vieillard devenu…”

  1. Diégo

    dit :

    Très beau poème suivie d’une belle suite.
    La peur de vieillir est venue,
    De cette vie ne reste plus,
    Q’un corps en ruine qui pense,
    Qu’il était bon ce temps de cette enfance.

  2. DAVIN SANDRINE

    dit :

    Merci Cher Hubert pour vos mots déposés là…

  3. Hubert Bercy

    dit :

    Et maintenant, oiseau en cage,
    de ma fenêtre, sénile ou sage,
    je vois dans la rue passer la vie
    Tantôt triste, toute ébahie
    Les jours filent, les nuits passent
    S’entremêlent et s’enlacent

    HB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *