Mère du printemps

Kamal Zerdoumi

Fleuve au beau nom
fidèle à ta nature
androgyne
Tu as mis ta robe verte
avant ton suicide annoncé
dans l’océan tout proche
Les remparts
de l’ancienne cité portugaise
connaissent
la majesté de ton silence
avant la chute
de ta douceur
dans la haine du sel
Des gamins se jettent
du haut d’une pile du pont
pendant que meurt
la poésie
parmi les cris des enfants

Kamal Zerdoumi

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *