Lorsque l’orage sera passé

Jérôme Matin

Lorsque l’orage sera passé
La furie
L’orgueil
Le doute et la douleur
Comme le Phoenix de mes cendres je renaîtrai.
Je renaîtrai seul, solide, serein, et puissant
Libéré des entraves que furent les saisons de mon cœur.

Lorsque que l’orage sera passé
En regardant mes cicatrices
Je me souviendrai du tonnerre et du feu.

Lorsque l’orage sera passé
Je ferai fi de ces lâches.
Aussi souriants puissent-ils paraître
Ils n’ont d’homme que le H.

Lorsque l’orage sera passé
Le chant du Pipiride percera la brume
Et les mornes fous dévoileront leur vert flamboyant.

Lorsque l’orage sera passé
Je passerai le temps qu’il me reste à honorer
L’alliance sacré qui réside dans le sourire de mes enfants.
Mon essence
Mon temple
L’écho de mes jours heureux.

Par la grâce de mes ancêtres bienveillants
Lorsque que l’orage sera passé
Puisse la lumière ne jamais me quitter.

Jérôme Matin

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *