Le balai

Arthur Rimbaud

C’est un humble balai de chiendent, trop dur
Pour une chambre ou pour la peinture d’un mur.
L’usage en est navrant et ne vaut pas qu’on rie.
Racine prise à quelque ancienne prairie
Son crin inerte sèche : et son manche a blanchi.
Tel un bois d’île à la canicule rougi.
La cordelette semble une tresse gelée.
J’aime de cet objet la saveur désolée
Et j’en voudrais laver tes larges bords de lait,
Ô Lune où l’esprit de nos Sœurs mortes se plaît.

Arthur Rimbaud

 

Imprimer ce poème

5 commentaires sur “Le balai”

  1. Anonyme

    dit :

    Merci à Rimbaud pour cette touche de subtilité à travers ce balais

  2. Fontoune

    dit :

    « et son manche a blanchi » très belle citation

  3. Anonymous

    dit :

    Bonjour a tous il est de quelle date et de quelle recueil svp ce poeme

  4. Kate

    dit :

    Le balai est un poème de Rimbaud parodiant François Coppée.

  5. Zécoeur

    dit :

    Très simple mais quel talent pour écrire un si beau poème sur un simple balai!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *