Montagne aride

Sybille Rembard

Rêverie enneigée par le rythme du soleil
cime solitaire transperçant les étoiles

Au sommet
la peau frémit
les jambes vacillent
l’âme décrit un cercle enrubanné

Le randonneur puise sa puissance dans l’impuissance
les dernières neiges capturent les regards
Il a envie de prier les dieux de la Victoire

Il s’éveille

l’eau coule comme lave transparente
le glacier fond
la chaleur pirate son cœur asséché
la glace n’est plus

une larme ruisselle au creux de la montagne
assoiffée à jamais

Sybille Rembard, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *