Vanités

Didier Venturini

Pour leur ultime voyage
n’ont elles pas préféré
l’asile du sarcophage
pour leurs corps momifiés

étrange rituel
bannissant les affronts
pour elles bien trop cruels
d’une disparition

que comprendre de cette farce
d’une humaine faiblesse
quand devant la disgrâce
on joue sa dernière pièce

bouquets de corps séchés
immortelles apparences
métamorphoses fanées
chancelantes révérences

de ces crânes ricanant
sous Palerme la sombre
pour un refus trompant
la noirceur de la tombe

existences attirées
par cet état de vide
elles sont venues figer
leurs humeurs chrysalides

alors que reste il
de leurs amours défuntes
paquet d’os, une coquille
moins volatile qu’un parfum

dans leurs habits linceuls
comme d’une bulle de savon
s’évanouit l’orgueil
soufflé par les saisons

écrites à l’encre noire
nos vies éphémérides
regardent dans ce miroir
leur vanité stupide

Didier Venturini, Memento mori, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *