La vie en noire

Didier Venturini

diables bleus
pour idées noires
dans leur jeu
le cafard

douze mesures
pour l’hypnotisme
l’écriture
exorcisme

le goulot
d’une bouteille
glissando

sur les cordes
sans sommeil
du dobro

blues singers
du ghetto
broient des vers
pleins d’argot

les voix rauques
dans les bastringues
bien plus glauques
celles des flingues

le désir
sous les humeurs
adoucir
les aigreurs

sur leurs manches
électrifiés
la revanche

sur
les nuits blanches
qui se balancent
au bout des branches

quelques kings
pour les grands soirs
foule anonyme
pleine d’espoirs

sous mes doigts
le souvenir
maladroit
du plaisir

de gratter
quelques accords
pour sonner
moins blanc encore

Si mon âme
un peu trop claire
sur leur gamme

ne jouait ni
bleu, ni noir
c’est ainsi

mais je vois
dans mes histoires
quelques fois
leur cafard

Didier Venturini, Memento mori, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *