Femmes musiciennes

Didier Venturini

rives du lac Sebu
des femmes musiciennes
le chant de leurs luths
une musique ancienne

un imaginaire
d’arbres et d’oiseaux
de fées forestières
sur Mindanao

elles forgent le bronze
inventent des colliers
des brac’lets qui comblent
leurs bras leurs poignets

les journées d’averses
en après midi
leurs chansons s’adressent
à l’esprit des pluies

récolte du riz
une célébration
rythmes, mélodies
aux coups des pilons

s’agitent les parures
le souffle des tambours
tournent les ceintures
les grelots autour

Didier Venturini, Memento mori, 2017

Ecouter ce poème en chanson

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *