Les enfants à venir…

Patrice Cosnuau

Dites-moi, professeurs et maîtres de savoir,
Patentés et laïcs, jongleurs fous de programmes,
Etes-vous ignorants du complot qui se trame
Contre l’humanité de l’homme et son pouvoir ?

Quelles valeurs et qualités font notre gloire ?
Les paravents du siècle ont jaspé nos neurones
Mais le coeur se grisaille : en ces cités atones
Se crache une douleur sans espoir ni mémoire,

Violente et creusant nos puits d’intolérance.
Dites bien aux enfants le lieu de leur naissance :
La Terre… Ils sauront tôt – n’en déplaise aux pillards –

Qu’un si rare berceau peut devenir tombeau ;
Les enfants à venir seront privés d’oiseaux
Si l’on n’arrête pas cette ignoble fanfare…

Patrice Cosnuau

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *