Je chante le soi-même

Walt Whitman

Je chante le soi-même, une simple personne séparée,
Pourtant je prononce le mot démocratique, le mot En Masse,
C’est de la physiologie du haut en bas, que je chante,
La physionomie seule, le cerveau seul, ce n’est pas digne de la Muse;
je dis que l’Ëtre complet en est bien plus digne.
C’est le féminin à l’égal du mâle que je chante,
C’est la vie, incommensurable en passion, ressort et puissance,
Pleine de joie, mise en oeuvre par des lois divines pour la plus libre action,
C’est l’Homme Moderne que je chante.

Walt Whitman, Feuilles d’herbes (Traduction de Jules Laforgue)

Imprimer ce poème

4 commentaires sur “Je chante le soi-même”

  1. Cassidy

    dit :

    Walt Whitman, le bienfaiteur des mots, le chorégraphe de danse

  2. carrolia

    dit :

    J’adore ce poème

  3. Nonna Sésia

    dit :

    Oui j’aime ce style qui porte à la méditation de l’Etre
    humain .

  4. ledif trocas

    dit :

    Pour « changer la vie » en bien
    lire Withman chaque matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *