Chanson triste

Esther Granek

L’œil égrillard
Et le sang fou
Et du poil gris un peu partout
Et trop de lard
(mais le niant)

Sera-ce donc là mon portrait
quand viendront me tournebouler
les derniers feux de mon couchant ?

***

Le glandulaire
Et l’hormonal
En moi débridant l’animal
Dont je suis fier
(suprêmement)

Sera-ce donc là mon portrait
quand viendront me tournebouler
les derniers feux de mon couchant ?

***

Ardeurs. Chaleurs.
Moult canicules.
Sans souci d’aucun ridicule :
Brusques verdeurs !
Déferlements !

Sera-ce donc là mon portrait
quand viendront me tournebouler
les derniers feux de mon couchant ?

***

Et ce barbon
En devenir
Rêvant de pucelles à s’offrir
D’âge mignon Cela s’entend

Sera-ce donc là mon portrait
quand viendront me tournebouler
les derniers feux de mon couchant ?

***

Puis cet effroi
Qui vous tenaille
Devinant qu’en ce feu de paille
S’éteint déjà
La fin d’un temps

Sera-ce donc là mon portrait
quand viendront me tournebouler…

Esther Granek, Je cours après mon ombre, 1981

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *