Plaza de Mayo

Villebramar

« yo he visto no los jardines
sino los huesos florecer bajo la luna roja »
J’ai vu non les jardins mais les os fleurir
sous la lune rouge

Place de Mai tournent les mères
il n’y a ni assassins, ni preuves,
ni témoins

dans le ciel clair la lune
les maisons blanches, aux volets clos, ferment les yeux
silence
et la vie continue sa ronde

Place de mai dorment les disparus, leurs femmes
ont trouvé des maris, il leur est né
des enfants blonds,

sous les cyprès la terre brune
comme une cicatrice

dans les jardins de l’Ambassade, Son Excellence
cueille des roses rouges

demain défileront les mères
Son Excellence leur a donné ses roses et sur la place
des enfants blonds agitent des drapeaux
maisons blanches, volets clos
silence

sous les cyprès la terre brune

comme une cicatrice

« J’ai vu non les jardins mais les os fleurir
sous la lune rouge »

Note de lecture :
en référence aux «Mères de la Place de Mai» (Argentine, 1976/1983).
citations de Víctor Rodríguez Núñez

Villebramar, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *