Viens. Sur tes cheveux noirsViens. Sur tes cheveux noirs

Théodore de Banville

VIENS. Sur tes cheveux noirs jette un chapeau de paille.
Avant l’heure du bruit, l’heure où chacun travaille,
Allons voir le matin se lever sur les monts
Et cueillir par les prés les fleurs que nous aimons.
Sur les bords de la source aux moires assouplies,
Les nénufars dorés penchent des fleurs pâlies,
Il reste dans les champs et dans les grands vergers
Comme un écho lointain des chansons des bergers,
Et, secouant pour nous leurs ailes odorantes,
Les brises du matin, comme des sœurs errantes,
Jettent déjà vers toi, tandis que tu souris,
L’odeur du pêcher rose et des pommiers fleuris.

Avril 1845.

Théodore de Banville, Les Stalactites, 1846

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Viens. Sur tes cheveux noirsViens. Sur tes cheveux noirs”

  1. Anonyme

    dit :

    C’est très beau !!

  2. louis ber bere

    dit :

    Touchant. Il ma fait voyager à travers la nature. Je LIKE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *