Canicule

Kieran Wall

Le soleil ronge les chairs de l’après-midi
En banquet digne de la langueur des secondes.
La dessiccation ambiante nous médit
De l’importance de ces instants qui abscondent
En lourdes volutes dans un flegme indécis.
Et l’air et son imprégnation sonore inondent
Le fond de mon être de besoins imprécis.

Kieran Wall, Poésies, 2012

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *