PDG

Kieran Wall

Devant moi un homme pressé bat le pavé.
Dans son souffle chaud et son long imperméable
Transparaît l’aigreur du temps rendu malléable
Sous les gris froids d’un monde au matin dépravé.

Son pied se meut avec le poids de la finance.
Comme fers portés, ses responsabilités
Se gaussent de son affectation d’importance,
Faisant montre des nuits sans sommeil mérité.

Kieran Wall, Poésies, 2012

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *