Artifices

Kieran Wall

En bas, dehors, le fracas des feux d’artifice,
Bercé par les rires vifs de jeunes perdus
Dans un instant libre qui longtemps leur fut dû,
Me tire de mes rudes rêveries délices.

En haut, dedans, je leur envie leurs insouciants
Démons courant furieux en leur sang chaud. Au diable
Les convenances de cet âge, irrémédiables
Indications qu’il paraît tout sauf omniscient.

Kieran Wall, Poésies, 2012

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *