Métro

Kieran Wall

Assise, jambes encollantées
Repliées sous elle, elle médite.
Ses yeux noirs médusants évitent
Soigneusement de me hanter.
Elle fait en fait semblant de lire,
Son regard a perdu la trace
Des mots ; le rêve a pris leur place
Pendant que Londres nous aspire.
Après que sauve déposée,
Dans un sourire à peine osé,
Elle me fait son au revoir,
Les rails reprennent mouvement.
Et Londres inéluctablement
Approche, luisant dans le soir.

Kieran Wall, Poésies, 2012

Imprimer ce poème

4 commentaires sur “Métro”

  1. EVE GRAVE

    dit :

    C’est très beau.

  2. Tlm

    dit :

    Pourriez vous éclaircir le « après que sauve déposée »? Je ne suis pas sûr d’en comprendre la structure grammaticale (verbe sauver?). Merci par avance.

  3. wall

    dit :

    Que ne comprenez-vous ?

  4. aprile

    dit :

    Est ce que quelqu’un pourrait m’aider à le comprendre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *