La Loreley

Guillaume Apollinaire

À Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d’amour tous les hommes à la ronde

Devant son tribunal l’évêque la fit citer
D’avance il l’absolvit à cause de sa beauté

Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie

Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m’ont regardé évêque en ont péri

Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie

Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley
Qu’un autre te condamne tu m’as ensorcelé

Évêque vous riez Priez plutôt pour moi la Vierge
Faites-moi donc mourir et que Dieu vous protège

Mon amant est parti pour un pays lointain
Faites-moi donc mourir puisque je n’aime rien

Mon cœur me fait si mal il faut bien que je meure
Si je me regardais il faudrait que j’en meure

Mon cœur me fait si mal depuis qu’il n’est plus là
Mon cœur me fit si mal du jour où il s’en alla

L’évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances
Menez jusqu’au couvent cette femme en démence

Va-t’en Lore en folie va Lore aux yeux tremblants
Tu seras une nonne vêtue de noir et blanc

Puis ils s’en allèrent sur la route tous les quatre
La Loreley les implorait et ses yeux brillaient comme des astres

Chevaliers laissez-moi monter sur ce rocher si haut
Pour voir une fois encore mon beau château

Pour me mirer une fois encore dans le fleuve
Puis j’irai au couvent des vierges et des veuves

Là-haut le vent tordait ses cheveux déroulés
Les chevaliers criaient Loreley Loreley

Tout là-bas sur le Rhin s’en vient une nacelle
Et mon amant s’y tient il m’a vue il m’appelle

Mon cœur devient si doux c’est mon amant qui vient
Elle se penche alors et tombe dans le Rhin

Pour avoir vu dans l’eau la belle Loreley
Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil

Guillaume Apollinaire, Rhénanes, Alcools, 1913

Imprimer ce poème

7 commentaires sur “La Loreley”

  1. kirikou

    dit :

    Coucou, j’adore ce poème, c’est un des plus beau que j’ai jamais lu grâce à ma prof de français. Je pensais que ma prof avait des goûts pourris, autant vestimentaires que littéraires, mais je crois qu’elle aura droit à un peu plus d’estime de ma part maintenant 🙂

  2. Antonin lahaye

    dit :

    Ce poème est vraiment succulent, en effet j’ai eu l’eau à la bouche en lisant cette œuvre extraordinaire. Je remercie ma prof de français d’avoir de si bon goût. Dédicace à maman si tu passe par là.

  3. Lylia Abdennebi

    dit :

    Des fois, je lis ce poème et je me dis que ce poète est vraiment incroyable. On peut sentir sa poésie respirer, transpirer et vivre. C’est dommage qu’il n’ait pas fait d’allusion olé olé dans celle-ci car cela rajoute un peu de fantaisie et nous fait éprouver du désir.

    Encore merci de m’avoir permis cette expérience fabuleuse.

  4. Hugo Da Costa

    dit :

    Bonjour, j’aime sentir Apollinaire. Je le ressens en moi.

  5. adam

    dit :

    Je trouve ce poème bien. Je ne savais pas que ma prof de francais trouverait des si beaux poèmes.

  6. serge

    dit :

    J’ai redécouvert la légende de Lorelei en lisant le livre de Jean d’Ormesson intitulé « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle ».

  7. serge

    dit :

    Cette légende est tout simplement merveilleuse. Après avoir écouté la chanson du groupe allemand « scorpion » et avoir fait un semblant de traduction, ce poème est vraiment d’une beauté sans nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *