Ibis

Guillaume Apollinaire

Oui, j’irai dans l’ombre terreuse
Ô mort certaine, ainsi soit-il !
Latin mortel, parole affreuse,
Ibis, oiseau des bords du Nil.

Guillaume Apollinaire, Le Bestiaire, ou Cortège d’Orphée, 1911

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.