Gaieté

Gérard de Nerval

Petit piqueton de Mareuil,
Plus clairet qu’un vin d’Argenteuil,
Que ta saveur est souveraine !
Les Romains ne t’ont pas compris
Lorsqu’habitant l’ancien Paris
Ils te préféraient le Surène.

Ta liqueur rose, ô joli vin !
Semble faite du sang divin
De quelque nymphe bocagère ;
Tu perles au bord désiré
D’un verre à côtes, coloré
Par les teintes de la fougère.

Tu me guéris pendant l’été
De la soif qu’un vin plus vanté
M’avait laissé depuis la veille ;
Ton goût suret, mais doux aussi,
Happant mon palais épaissi,
Me rafraîchit quand je m’éveille.

Eh quoi ! si gai dès le matin,
Je foule d’un pied incertain
Le sentier où verdit ton pampre !…
– Et je n’ai pas de Richelet
Pour finir ce docte couplet…
Et trouver une rime en ampre.

Gérard de Nerval

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Gaieté”

  1. Mohamed El Jerroudi

    dit :

    Quand le poète chante le vin, il faut l’écouter.

  2. salles pierre

    dit :

    Apparemment ici Gerard de Nerval fait l’apologie de ce que l’on appelle vin de soif c’est à dire vin simple sans prétention mais trés agréable et facile. Mieux, il semble que bien avant l’heure il fasse ici l’apologie des premiers vins rosé qui ne deviendront modernes que beaucoup plus tard.
    Pierre

  3. pauline

    dit :

    je ne comprends pas trop, mais le poète est courageux!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *