Daphné

Louise Ackermann

À Éva Callimaki-Catargi

Lorsque le dieu du jour, plein d’amoureuse audace,
Dédaignant tout à coup l’Olympe et ses plaisirs,
Sans char, la lyre en main, s’élançait sur la trace
De la nymphe de ses désirs,

Celle-ci, jusqu’au bout insensible et rétive,
Le laissa s’égarer en des sentiers ingrats ;
Puis, quand il la saisit, la jeune fugitive
Se change en laurier dans ses bras.

Un sort pareil attend ici-bas le génie :
En l’Idéal qui fuit l’artiste a mis sa foi.
Heureux qui voit de loin, dans l’arène infinie,
Courir son rêve devant soi !

Car il faut, d’un élan qu’aucun refus n’arrête,
Poursuivre aussi Daphné, quand ce serait en vain,
Pour sentir à son tour s’agiter sur sa tête
Les rameaux du laurier divin.

Louise Ackermann, Premières Poésies, 1871

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *