La complainte de (La) Canopée

Nashmia Noormohamed

Je ne peux pas marcher,
La terre m’agrippe et me retient,
Je reste là, je vacille, je tangue et me dresse,
Les pieds ancrés dans un parchemin.

Je ne peux pas m’envoler,
Le vent me trouble et me caresse,
Je reste là, je susurre, frémis et murmure,
Les bras tendus, comme en détresse.

Je ne peux pas m’échapper,
Le temps me grave et m’emmure,
Je reste là, je suis repue, j’enfle et grossis,
Le corps tuméfié et défraîchi par l’usure.

Je reste là, toujours fidèle et loyale,
Je regarde passer les doux nuages,
Je guette le soleil, la lune et les étoiles,
Mes noeuds, mes racines et mon feuillage,
Mes fleurs, mes fruits et ma sève, royale,
Mon tout, sitôt anoblie sitôt rendu verdage.

Nashmia Noormohamed, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *