Deux frères

Villebramar

à ceux du valle de los caídos
et à bien d’autres

deux frères
en champ clos
le premier sur un cheval blanc
le second sur un cheval noir

deux frères

le premier sur un cheval blanc
dieu lui a dit : « aimez-vous », et il crie :
« aimez-Le, ou il vous en cuira »

l’autre en un destrier noir couleur de nuit couleur de mort
chevauche
avec lui l’innombrable armée des misérables, il crie justice
brandissant une épée
Liberté ! ou la mort

deux frères

le monde est leur champ clos
le champ du monde et de ses vastes plaines, jusqu’aux lointaines capitales
loin loin sur l’horizon de l’Est, lorsque se lève le matin
un soleil rouge

deux frères
pour un dernier requiem
dieu a dit « aimez-vous »

et ils crient

« dejad me en este campo, llorando.
Laissez-moi dans ce champ, que je pleure »
Federico García Lorca

Note de lecture :
le Valle de los Caídos : basilique souterraine près de Madrid

Villebramar, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *