Le Thé

Théodore de Banville

Miss Ellen, versez-moi le Thé
Dans la belle tasse chinoise,
Où des poissons d’or cherchent noise
Au monstre rose épouvanté.

J’aime la folle cruauté
Des chimères qu’on apprivoise :
Miss Ellen, versez-moi le Thé
Dans la belle tasse chinoise.

Là, sous un ciel rouge irrité,
Une dame fière et sournoise
Montre en ses longs yeux de turquoise
L’extase et la naïveté :
Miss Ellen, versez-moi le Thé.

Théodore de Banville

Imprimer ce poème

5 commentaires sur “Le Thé”

  1. Annie Blanc

    dit :

    Je me suis toujours rappelé ce beau texte appris à l’école primaire Rue Vauvenargues Paris 18ème. .. C’est en discutant au telephone avec une amie aujourd’hui, qui a un ami s’appelant Théodore, que ce beau poème m’est revenu. Elle habite maintenant à 51 EPERNAY, et moi à côté de Pau…

  2. JCC Cha Yuan

    dit :

    Venez sur mes genoux, Miss Ellen, déguster ce thé…

  3. Loucla Jul

    dit :

    Ce poème est magnifique !

  4. COTRET

    dit :

    Je l’avais retenue
    sans l’avoir jamais apprise,
    lorsque j’étais enfant.
    Je ne l’ai pas oubliée.
    J’aurai bientôt
    quatre vingts ans.

  5. noura

    dit :

    C’est une bellle poesie felicitations de tout mon coeur
    et merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *