Arbre de nuit

Maëlle Ranoux

Sous la lune absente
Je converse avec les géants de la nuit,
Ces arbres qui remuent le noir de leur langage mystérieux
Ou bien
Habitent le silence nocturne.

Je devine au loin
Mon capitaine
Habité par le vent
A la proue de son navire couleur de crème
Blanc
Cassé
Fendu par l’écume du trait du jour naissant.

Maëlle Ranoux

Imprimer ce poème

9 commentaires sur “Arbre de nuit”

  1. Ranoux

    dit :

    Jean-pierre BALLENGHIEN, vous interprétez comme vous voulez la présence des arbres et du capitaine. Pour moi, le capitaine est une apparition une fois le sommeil venu et après avoir dialogué avec « les géants de la nuit » pour trouver ce sommeil.

  2. Zoe

    dit :

    La date ? Svp

  3. Jean-pierre BALLENGHIEN

    dit :

    Bonjour, nous avons beaucoup aimé ce poème mais nous sommes en pleine discussion familiale pour savoir si le capitaine et le navire sont bien des arbres à l’horizon ?
    Lucie CM2

  4. Maëlle Quandalle-Ranoux

    dit :

    Alexane, j’ai écris un scénario de court métrage que j’ai également co-réalisé, mais c’est mon seul lien au cinéma.

  5. Alexane

    dit :

    Je trouve ce poème très beau! Mais pour le présenter en Français j’aurai besoin de savoir si vous auriez travaillé dans le cinéma?

  6. Damien

    dit :

    J’aime beaucoup, Bravo. Ca m’a vraiment pris. Je suis aussi d’accord pour dire que c’est « tres » joli, Mme Sand

  7. Ranoux

    dit :

    Merci beaucoup, vos remarques me touchent !!

  8. Sand

    dit :

    On écrit « très », Mme Gonçalves, avec un accent grave. Ce poème est magnifique. Cette petite touche de mélancolie le rend beau. Mais je suppose que ça c’était voulu donc je vais me taire pour éviter de dire des évidences.

  9. Ana GONÇALVES

    dit :

    Trés beau ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *