Abyssal

Nadia Ben Slima

Quand comprendras-tu?
tu n’es pas ce que tu craints
et les peurs ne revêtent
que les âmes muettes
les peines que tu repeints
d’une angoisse ingénue
ne valent pas le dessein
promis par ta vertu

Les fleurs ont soudain
le parfum de ta peur
et quand tu te souviens
s’agite le chagrin
tu en fait ta demeure
des remparts de riens
Quand comprendras-tu?
tu es bien ce qui te plaît

Nadia Ben Slima, 2016

Imprimer ce poème

4 commentaires sur “Abyssal”

  1. Ingrid

    dit :

    Magnifique poème on ne peut plus actuel, sur la réalité de l’être qui passe par une lumineuse conscience et connaissance de soi…

  2. marie

    dit :

    J’aime beaucoup. Très doux 🙂

  3. Morgane Garcia

    dit :

    C’est un poème merveilleux

  4. m2m

    dit :

    On dirait un poème de 14/18 anti daté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *