Ultime faïence

Sybille Rembard

Petit oiseau blessé
sorti de la cage
les persiennes se ferment
ton regard est parti
la bougie est éteinte

Les jeunes remplacent les vieux
dans la ronde de la vie

Je lève mon verre de vin
abreuvée
je chante
la résilience humaine
d’un cri étouffé
je modèle avec mon cœur
un adieu
de larmes et de cendres mélangées

Sybille Rembard, Juillet 2016

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Ultime faïence”

  1. jean renald jerome

    dit :

    Triste

  2. inconnux

    dit :

    J’adore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *