Apparition

Stéphane Mallarmé

La lune s’attristait. Des séraphins en pleurs
Rêvant, l’archet aux doigts, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l’azur des corolles.
C’était le jour béni de ton premier baiser.
Ma songerie aimant à me martyriser
S’énivrait savamment du parfum de tristesse
Que même sans regret et sans déboire laisse
La cueillaison d’un rêve au coeur qui l’a cueilli.
J’errais donc, l’oeil rivé sur le pavé vieilli
Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir, tu m’es en riant apparue
Et j’ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d’enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d’étoiles parfumées.

Stéphane Mallarmé, Vers et Prose, 1893

Imprimer ce poème

12 commentaires sur “Apparition”

  1. GUY

    dit :

    Les Mallarmé, Baudelaire, Musset, tous ces romantiques attardés, savent_ils en plus de leurs bafouilles y mettre de la musique tel le plus grands de tous …compositeur, poète, faux misogyne faux incroyant, humoriste grinçant pipe, moustache et guitare à la main : est-il en notre temps rien de plus odieux de plus désespérant que de n’pas croire de dieux !

  2. HAIBLET brigitte

    dit :

    Alphonse Allais disait de Mallarmé: « il est intraduisible… même en Français »

    La vacherie est éclairante de l’obscurité des vers

  3. Pierre BOLAND

    dit :

    J’ai toujours pris ce poème de jeunesse au second degré par l’excès souriant des métaphores cuistres des premiers vers. Un peu comme du foutage de gueule débouchant vers un émerveillement sublime. Il paraît toutefois que ce grand ado de Mallarmé ne l’avait pas vu comme cela à l’époque et y croyait vraiment. Cela n’en demeure pas moins toujours très accrocheur. Et pour moi un des meilleurs poèmes de l’auteur qui s’est ensuite hissé vers des sphères où l’oxygène est trop rare pour les moyens modestes de ma rustre cervelle.

  4. Claude

    dit :

    Ce poème a été mis en musique par André Rossignol 1865-1925. Le frontispice de la partition est signé Maurice Denis.

    J’aurai bien aimé entendre cette œuvre musicale et avoir la reproduction de celle de Maurice Denis. Si vous avez une piste je vous en serai reconnaissant.

    Mallarmé « Il faut qu’il n’y ait qu’allusion… La jouissance du poème est faite du bonheur de deviner peu à peu.. Suggérer, voilà le rêve… C’est le parfait usage de ce mystère qui constitue le symbole… il doit toujours y avoir énigme. »

  5. Dolaine esseng

    dit :

    J’adore, le côté mystérieux des mots

  6. Tenneson

    dit :

    Gael. Magnifique.

  7. Quelqu’un qui adore la poésie

    dit :

    C’est génial ! Bravo à l’auteur

  8. Pierre LEBERGER

    dit :

    …sauf que les premiers vers fleurent le « cuculapraline »

  9. hiegehs

    dit :

    C’est quoi le thème ?

  10. Rosário Belo

    dit :

    Ce poème est beau, admirable. Merci étoile perfumeé !

  11. Mimi Laura

    dit :

    Waouuh, je reste sans voix !

  12. lucterius

    dit :

    Ce poème fait partie des plus beaux poèmes que je connais. Et j’aime surtout « La cueillaison d’un rêve au coeur qui l’a cueilli ». Admirable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *