Haute Lande

Villebramar

J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages!
Charles Baudelaire

Dans la Haute Lande je suis le cours d’un ruisseau,
les traces de chevreuils et de sangliers
me disent le chemin.

Eau jaune.
Écume blanche.
Ciels bleus ciels gris, nuages,
pluies et soleils

et nous.

Dans la lande, les ruisseaux ignorent le monde,
ils suivent la pente de dunes anciennes.

Que ne suis-je ruisseau moi-même
descendant les dunes, laissant dans le sable des traces
que bientôt brouilleront les passages de chevreuils.

***

Dans la Haute Lande je suis le cours d’un ruisseau,
descendant les dunes, laissant dans le sable des traces

mon aimée et moi, nous donnant la main

Villebramar, poèmes en prose 2016

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *