Cheval Fou

Villebramar

« ¡corazón con siete puñales ! ¡Ya es tarde !
Vete por el camino
de los ayes. »
« cœur avec sept poignards ! Comme il est tard !
Va-t-en sur la route des cris. »
FG Lorca

Sais-tu, Cheval Fou, où nous mènes
là-bas, loin là-bas ?

Je vois trois destriers là-bas
trois destriers noirs, loin là-bas

loin, loin, là- bas.

Je ne veux de ton eau, fontaine
là-bas, loin là-bas

boire de ton eau fontaine.

Tard, trop tard, que de peines
pauvres de vous, loin là-bas

là-bas, loin là-bas.

Trois destriers noirs, là-bas.

Villebramar, 2016

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *