Le monarque miel aimé

Nashmia Noormohamed

Le papillon, après sa mue,
prend son envol avec légèreté,
fend les airs avec grâce,
il embrasse chaque fleur,
chaque beauté de mère Nature.

Tout en nous enchantant de son délicat toucher, il se laisse admirer, ne se lasse de charmer et discrètement fait campagne.

Le pot de miel, lui, suffit par sa présence,
son parfum, sa texture et son nectar doré,
il aiguise notre appétit, titille notre désir,
il nous appelle à la dégustation.

Laissez le pot ouvert, et voilà qu’arrivent une nuée de courtisanes, voilà que s’y invitent les bons vivants.

Des deux, qui es-tu ? Qui voudrais-tu être le temps de cette brève histoire? Le papillon qui voudrait tout butiner ou le pot de miel qui n’objecte à aucune avance?

Nashmia Noormohamed, 2015

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *