Tempête

Jules Breton

L’orage s’ammoncèle et pèse sur la dune
Dont le flanc sablonneux se dresse comme un mur.
Par instants, le soleil y darde un faisceau dur
De rayons plus blafards qu’un blême éclat de lune.

Les éclairs redoublés tonnent dans l’ombre brune.
Le pêcheur lutte et cherche en vain un abri sûr.
Bondissant en fureur par l’océan obscur,
L’âpre rafale hurle et harcèle la hune.

Les femmes, sur le port, dans le tourbillon noir,
Gémissent, implorant une lueur d’espoir…
Et la tempête tord le haillon qui les couvre.

Tout s’effondre, chaos, gouffre torrentiel !
Sur le croulant déluge, alors, voici que s’ouvre
En sa courbe irisée un splendide arc-en-ciel.

Jules Breton

Imprimer ce poème

4 commentaires sur “Tempête”

  1. lila Sechan

    dit :

    A quelle date a t’il était écrit ?

  2. Aurélie

    dit :

    J’aimerais savoir la date et le recueil dont est extrait le poème. Malgré mes recherches sur internet je ne les trouve pas. Est-ce que vous les connaissez ? Merci d’avance !!

  3. Muriel

    dit :

    Dans ce chaos l’incongru se produit : un arc en ciel c’était imprévisible…

  4. Simone Desrosiers

    dit :

    J’aimerai avoir l’opinion de quelqu’un sur le sens du poème si dessous, le message transmis par jules breton. Merci d’avance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *