Savoir vieillir

François Fabié

Vieillir, se l’avouer à soi-même et le dire,
Tout haut, non pas pour voir protester les amis,
Mais pour y conformer ses goûts et s’interdire
Ce que la veille encore on se croyait permis.

Avec sincérité, dès que l’aube se lève,
Se bien persuader qu’on est plus vieux d’un jour.
À chaque cheveu blanc se séparer d’un rêve
Et lui dire tout bas un adieu sans retour.

Aux appétits grossiers, imposer d’âpres jeûnes,
Et nourrir son esprit d’un solide savoir ;
Devenir bon, devenir doux, aimer les jeunes
Comme on aima les fleurs, comme on aima l’espoir.

Se résigner à vivre un peu sur le rivage,
Tandis qu’ils vogueront sur les flots hasardeux,
Craindre d’être importun, sans devenir sauvage,
Se laisser ignorer tout en restant près d’eux.

Vaquer sans bruit aux soins que tout départ réclame,
Prier et faire un peu de bien autour de soi,
Sans négliger son corps, parer surtout son âme,
Chauffant l’un aux tisons, l’autre à l’antique foi,

Puis un jour s’en aller, sans trop causer d’alarmes,
Discrètement mourir, un peu comme on s’endort,
Pour que les tout petits ne versent pas de larmes
Et qu’ils ne sachent pas ce que c’est que la mort.

François Fabié, Ronces et lierres

Imprimer ce poème

10 commentaires sur “Savoir vieillir”

  1. Papylulu

    dit :

    Je viens de trouver sur une brocante une litho de savoir vieillir de F.Fabié que je ne connaissais pas… pour des raisons que j’ignore j’ai lu la 1ère ligne et oupsss, je l’ai acheté sans même savoir le prix… électrochoc humain… en plus il à été imprimé a la main sur papier à la cuve aux Moulin du Pen Mur Muzillac (Morbihan). Qui peut me renseigner…?

  2. Bernard

    dit :

    Bonjour,
    J’ai calligraphié et encadré ce poème pour mes parents qui voulaient l’avoir en permanence sous les yeux tant il leur semblait conforme à l’idée qu’ils se faisaient de leur vieillesse. Maintenant, j’ai soixante dix ans, j’ai récupéré ce cadre et l’ai exposé chez moi pour nous rappeler, à mon épouse et à moi, comment bien vieillir.

  3. VERSMEE

    dit :

    Oui je le connais depuis plus de 30 ans et à 80 maintenant je le relis sans trop d’émotions mais cependant avec étonnement car la version que j’ai connue dans les 4 derniers vers était différente et me rappelait les dernières lignes d’un très beau livre de P.Henri SIMON « Les Hommes ne veulent pas mourir ». J’aimerais retrouver cette version.
    Pierre V. (13.01.2019)

  4. SUZON

    dit :

    Bouleversant ! J’ai 88ans et j’en pleure c’est tellement vrai.

  5. Saint-Savast

    dit :

    A mettre en regard du texte de Mc Arthur « Etre jeune » et s’en faire une philosophie de l’existence qui nous reste.

  6. GUTEL Liliane

    dit :

    Je trouve ce poème magnifique ! J’ai 90 ans et je suis totalement concernée et d’accord.

  7. Yves

    dit :

    Plus on vieillit, plus ce poème devient une règle de conduite qu’on devrait adopter. Superbe!

  8. Chantal

    dit :

    Je connaissais ce poème depuis longtemps, mais je ne savais pas encore qu’un jour, je le lirais à nouveau, pour moi…

  9. Jackie

    dit :

    Tel est notre destin. Mais on a quelques années pour s’habituer …..

  10. Guillaume

    dit :

    Sublime et bouleversant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *