La lueur

Jean-Charles Dorge

à Henri Heinemann

Le lointain cache son ennui
Sous une auréole sans gloire,
Lueur face à la pensée noire
Mais qui retombe dans la nuit.

Pourtant j’y vois un feu qui luit
Issu du fond de ma mémoire,
Vibrant espoir divinatoire
D’un temps vers où la joie s’enfuit.

L’ancien éphèbe s’y libère
Laissant son ombre au réverbère
Comme pour conjurer la mort…

Il part. J’entends la mandoline
Lui dire adieu. Point de remords.
Le soleil devant lui s’incline.

Jean-Charles Dorge, 2014

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “La lueur”

  1. Johan

    dit :

    Régis ne sait certainement pas que « remords » prend toujours un « s », même au singulier. Et comme il n’y en a « point » (de remords), le mot ne risque pas d’être au pluriel !

  2. Régis

    dit :

    Ce texte voudrait ressembler à un sonnet, mais il n’en est pas un, vu le nombre de fautes dans les règles à appliquer aux rimes (consonnes d’appui et consonnes finales + le pluriel qu’on fait rimer avec le singulier – enfin libre à celui qui le trouve fantastique, génial, mais Victor Hugo peut encore dormir tranquille sans avoir une urgence pour revenir sauver la vraie poésie classique.

  3. Michel

    dit :

    Magnifique……!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *