Le retrait

Robert Tirvaudey

Je perçois sous tes traits un vague et lent retrait
Je peux te rencontrer
Ton sommeil d’Égypte est un lourd, profond grand trait
Que je ne puis supporter

Où tes yeux vont-ils si loin de cette riche empreinte
Serais-tu reine d’Égypte ?
Faut-il en tout et pour tout, pour tous, tout repeindre ?
Aussi faut-il l’éclipse

Délaisse, ô mon âme, ses déserts si barbares
Redécouvre l’histoire
Nos deux prénoms y seront à jamais grand art
Dans ce fou et flou miroir

Ils parcourent la longue liste des morts
Pour oublier, effacer l’histoire
Nous voulons tout savoir, leur mémoire
Ils veulent l’oubli de l’oubli, alors ?

Robert Tirvaudey

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *