Sous une gueule de chien

Guy de Maupassant

Sauve-toi de lui, s’il aboie ;
Ami, prends garde au chien qui mord.

Ami, prends garde à l’eau qui noie ;
Sois prudent, reste sur le bord.

Prends garde au vin d’où sort l’ivresse,
On souffre trop le lendemain.

Prends surtout garde à la caresse
Des filles qu’on trouve en chemin.

Pourtant, ici, tout ce que j’aime
Et que je fais avec ardeur,

Le croirais-tu, c’est cela même,
Dont je veux garder ta candeur.

(Chatou, 2 juillet 1885)

Guy de Maupassant, Poésies diverses

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *