Sans dire un mot…

Richard Taillefer

Il y a la langue
Les yeux toujours baissés

Pleins de trous vides de mémoire
Et cette peur du noir

Tous ces matins escamotés au réveil
La fatigue dans les os et la frustration du silence

Comme tout le monde
Qu’on finit par s’y faire

Sans dire un mot…

Richard Taillefer, Tendresse de la pénombre, 2014

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *