À ma mère

Richard Taillefer

Elle est assise
Dans l’embrasure de la grande fenêtre

C’est l’endroit du monde
Où l’on voit le mieux tout le monde

Un peu de mer
Un peu de ciel

Elle aime cet endroit
Où son cœur s’apaise

Un rayon de soleil paresseux avance devant elle
La lumière flirte avec le fond de la pièce

Là elle ne pense plus à rien

Elle n’oublie pas !

Les gens
Les choses

Les visages
De ceux qui lui sont proches
Et pourtant si lointains

Ni Pépète
La petite chienne aux poils si noirs
Réfugiée sur ses genoux de douleur

Elle écoute
Une étrange musique
Rythmée par les caprices du vent
Tournoyant dans les arbres

Richard Taillefer, Tendresse de la pénombre, 2014

Imprimer ce poème

7 commentaires sur “À ma mère”

  1. edith crozet

    dit :

    Mon commentaire portait sur tous les poèmes que vous publiez sur la vieillesse et non sur « A ma mère » qui est le plus subtil et le plus beau !

  2. edith crozet

    dit :

    Quel glas sur la vieillesse ! N’existe-t-il pas quelques poèmes qui chantent la vieillesse heureuse, sereine, généreuse et belle et qui donne aux jeunes générations l’envie de se préparer á bien vieillir ?

  3. Jackie

    dit :

    Je peux la voir assise là près de cette fenêtre.

  4. fab

    dit :

    magnifique

  5. Jean CORDIER

    dit :

    Elle en a vu de toutes les douleurs, / elle en souriait parfois, / que de places il y a dans le coeur d’une mère, / on en fait des statues, / sous un beau manteau bleu, / Ma mère, mon épouse, je t’ai reconnue, / au choeur d’une chapelle, / sous un rai de soleil, / tirée de ce sommeil, / qu’un sourire réveille…

  6. Danièle

    dit :

    Juste et émouvant

  7. Hallan Rondon

    dit :

    Alors là je peux dire que les paroles sont vraiment touchants, pour moi, ma mère est morte à mes 10 ans. Dommage qu’elle n’est plus là pour voir ce poème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *