Matin d’Octobre

François Coppée

C’est l’heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
Tombent les feuilles du jardin.

Leur chute est lente. On peut les suivre
Du regard en reconnaissant
Le chêne à sa feuille de cuivre,
L’érable à sa feuille de sang.

Les dernières, les plus rouillées,
Tombent des branches dépouillées :
Mais ce n’est pas l’hiver encor.

Une blonde lumière arrose
La nature, et, dans l’air tout rose,
On croirait qu’il neige de l’or.

François Coppée, Promenades et Intérieurs

Imprimer ce poème

16 commentaires sur “Matin d’Octobre”

  1. youssef

    dit :

    En quelle année a-t-il été écrit?

  2. Elise Gandon

    dit :

    En quel année a t’il était écrit ?

  3. Monique Mercier

    dit :

    Magnifique poème, très nostalgique, et rapide à apprendre. Un plaisir de l’avoir connu.

  4. Djibril et Mouloud

    dit :

    Poésie facile à apprendre et tellement agréable à réciter

  5. giulia gallaeu

    dit :

    J’adore ce poème. Les rimes vont super bien ensemble!

  6. Yasmina

    dit :

    Je dois connaître par cœur ce poésie et, je dois la raconter le mercredi, dans 10 min j’ai appris cette poésie.

  7. Marlin Jacqueline

    dit :

    Merci de faire revivre ce poème, merci pour ces commentaires que j’ai plaisir à lire en ce qu’ils disent exactement ce que je voulais dire. Il est de ces poèmes qui ouvrait nos coeurs à la poésie et à la beauté.

  8. Monet Jacqueline

    dit :

    Chaque mois dans mon journal j’inscris une poésie. A chaque fois un souvenir d’école ou un souvenir d’enfance ressurgit… Et me remplit de bonheur !

  9. monique pousset

    dit :

    J’aime L’Automne pour ses couleurs flamboyantes dont se pare la nature avant de s’éteindre jusqu’au printemps. Ce poème est restée dans ma mémoire d’enfant, sans nostalgie, mais pour l’évocation de ses couleurs.

  10. Abdallah

    dit :

    Ah oui! je me rappelle comme si cela datait d’hier, à l’école primaire de la nouvelle cité de Mila (Algerie) un mois d’octobre 1962.

  11. ALLEGUE

    dit :

    C’est un poème exquis qui me ramène aux souvenirs de mon enfance

  12. flo

    dit :

    Quand ce poème a-t-il été écrit ?

  13. slama ahssen

    dit :

    C’est nostalgique ; ça me rappelle un peu la pure enfance, la plume sergent major, le buvard et l’encrier… mon instituteur la brosse et le chiffon… C’était le bon vieux temps. Un grand merci.

  14. raoul

    dit :

    C’est le seul poème que j’ai retenu dans las années 60 avec quelques poèmes de Victor Hugo. Je sens l’odeur de l’encrier sur le bureau avec mon instit en blouse grise. Ce poème m’a toujours rendu nostalgique. C’était en 1965 à peu prés.

  15. hechinger

    dit :

    J’ai bien aimé ce poème de Francois Coppée .

  16. Fillion

    dit :

    J’aime ce poème de Coppée sur ce matin d¸octobre. Il me touche et me plonge dans une nostalgie de fin d’été que le détestable novembre viendra finalement anéantir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *