Les Vieux Époux

Auguste Lacaussade

Lorsque nos coeurs ont lié connaissance,
John, mon ami, votre front était beau;
Vos noirs cheveux, dans leur jeune abondance,
Brillaient pareils à l’aile du corbeau.
Et maintenant chauve et nud il se penche:
Sur nos cheveux les hivers ont passé.
Mais béni soit ce front lisse et glacé,
John, mon vieil homme, et votre mèche blanche!

Gais pèlerins qu’un même toit rassemble,
John, mon ami, ma main dans votre main,
Par tous les temps, sur la colline, ensemble
Nous avons fait, heureux, un dur chemin.
Et maintenant que le soleil décline,
Il faut descendre à pas tremblants et lourds;
Mais nous irons, mon John, et pour toujours,
Dormir au pied de la même colline!

Imité de Burns.

Auguste Lacaussade, Études poétiques, 1876

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Les Vieux Époux”

  1. Charles Claude

    dit :

    Il est bon de lire ces magnifiques phrases sur l’amitié. Nombre d’amis je possède et chacun se prête à un des textes. Cela m’a énormément plu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *