Face à face

Esther Granek

Vu que d’longtemps on se côtoie,
on s’est r’gardés mes rêves et moi.
Z’yeux dans les yeux on s’est r’gardés.
À n’en finir.

Faut l’faire une fois.
Faut l’faire une fois et puis qu’en dire ?
M’en faut-il rire ?
Ou en pleurer ?
Rions. Je ris.
Non : je me marre ! Et je m’esclaffe !
Et je me tords ! Et je piaffe !
Assez, de grâce ! Ou je meurs là !

Z’yeux dans les yeux est s’est r’gardés
mes rêves et moi.
À n’en finir.

Esther Granek, Je cours après mon ombre, 1981

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Face à face”

  1. bGarcia

    dit :

    je viens pour la premiere fois et je suis vraiment heureuse de pouvoir lire tous ses poémes et j’en raffole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *