Les lys

Nérée Beauchemin

La terre, qui les fait survivre, s’est fleurie
De ces grands lys de neige, au cœur tout rutilant,
Dont la fleur fait songer à la fleur d’armoirie,
Qui fleurdelisait d’or l’azur du drapeau blanc.

Les tiges en poussant semblent s’être tendues,
Comme en un même jet de sève et de fierté,
Et, vers le ciel, vers Dieu, montent à fleurs perdues,
Et nulle floraison n’égale leur beauté.

On les verra toujours monter en telle gloire,
Comme pour protester et redire à jamais,
Aux siècles du soleil, aux siècles de l’histoire,
Que le sol qui les porte est encore français.

Nérée Beauchemin, Patrie Intime

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Les lys”

  1. RC

    dit :

    Salut, ce poème est très beau, il m’a beaucoup aidé à faire moi même un poème en m’inspirant de celui là, merci Nérée Beauchemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *