Les illusions

Esther Granek

Les illusions perdues
ne meurent jamais.
Les illusions trouvées
sont mille fois nées.

Sont mille fois nées
et jamais ne meurent
et toujours demeurent
comme elles étaient.

*

Les illusions trouvées
s’en viennent en beauté.
les illusions perdues
traînent dans les rues.

Elles cherchent preneurs,
elles cherchent acquéreurs
et toujours demeurent
comme elles étaient.

*

Les illusions perdues
font verser des pleurs.
Les illusions trouvées,
fraîcheur de rosée.

Un brin de candeur,
un rien de bonheur
et toujours demeurent
comme elles étaient.

*

Les illusions perduent
ne meurent jamais.
Les illusions trouvées
sont mille fois nées.

Illusions perdues
et ressuscitées
et le jeu demeure
tel qu’il était.

Esther Granek, Synthèses, 2009

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Les illusions”

  1. Mimi Laura

    dit :

    j’apprécie vraiment,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *