La fenêtre

Esther Granek

Alors le thé a refroidi.
Elle attendait à sa fenêtre.
Viendra-t-il encore aujourd’hui ?
La chambre de vide s’est remplie.

Alors les heures se sont enfuies.
Elle ne bougeait de sa fenêtre.
Il ne viendra plus aujourd’hui.
La chambre de noir s’est remplie.

Alors les jours se sont enfuis.
Elle ne quittait la fenêtre.
S’il venait pourtant aujourd’hui ?
Tous les lendemains sont promis…

Alors les mois se sont enfuis.
Elle restait là… À la fenêtre.
Demain sera comme aujourd’hui…
La chambre de froid s’est remplie.

Alors les ans se sont enfuis.
Elle attendait. À sa fenêtre.

Esther Granek, Je cours après mon ombre,1981

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “La fenêtre”

  1. GeigerFour

    dit :

    Poétesse à découvrir absolument !

  2. makhlouf KHELOUFI

    dit :

    Madeleine de J. Brel qui ne viendra pas ce soir. On passe une grosse part de nos vies à attendre. Ester Granek est une heueuse découverte pour moi.

  3. urgent svp

    dit :

    A quel courant littéraire appartient ce poème svp ? ou l’auteure de manière plus générale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *